jeudi 2 septembre 2010

Une cuve de récupération d'eau de pluie



MISE A JOUR DU 29 Novembre 2010 :

Le filtre auto nettoyant par débordement n'a pas fonctionné correctement : il s'est encrassé au bout de qques mois et de fait, en cas de forte pluie, l'eau passait au-dessus et allait donc dans le puisard du trop plein au lieu d'aller dans la citerne :(

Comme il n'était pas nettoyable manuellement ni démontable, je l'ai donc supprimé et j'ai entrepris de faire un filtre transversal dans une section amovible, qui se monte/démonte via une paire de manchon évidés afin qu'ils puissent glisser entièrement :




Tous les mois environ, suite à une pluie, il suffit de sortir le filtre de le nettoyer à l'envers. Ceci a fonctionné très bien ... jusqu'au moment où, suite à un petit mois sans pluie, une grosse pluie est arrivé. Et dans la gouttière/sur le toit il y avait un plastique d'emballage de paquet de cigarette. Il est venu se coller sur la grille et a bouché le filtre. Ce qui fait que l'eau est passé par la parrallèle de débordement/sécurité





qui a donc sa raison d'être et direction le puisard une fois encore ! Alors je l'ai refait, mais cette fois en quadruplant la surface :





et jusqu'ici ca marche ! Ouf !

La pompe par contre a commencé a dysfonctionné il y a 2 semaines. A l'installation, elle se déclenchait une fois pour une chasse d'eau : elle était donc capable, pour une mise sous pression, d'expulser environ 6 L d'eau.


Récemment, elle déclenchait environ 15 fois pour une chasse d'eau. Renseignement pris sur le net, ce type de pompe intègre une vessie (un reservoir d'air donc) dans son réservoir d'eau. Et c'est cette vessie qui est déjà HS :/ : en effet, l'eau n'est pas du tout compressible et c'est la vessie en question qui se contracte/rétracte sous les variations de pression et permettait à la pompe de ne déclencher que tous les 6L. Bon, c'est vrai que je n'ai pas acheté une pompe eau de gamme et le soucis semble très commun avec ce type de pompe.


Mais là où cela devient ennuyeux c'est que la pompe veillit essentiellement en fonction du nombre de démarrage (usure des charbons). Donc elle était condamné à (très ?) court terme :/La faire passer en SAV ici, aurait impliqué plusieurs mois d'attente avec l'aller / retour métrôpole / DOM et puis je craignais fort que cela ne résolve le pb que temporairement cad qu'il ne revienne rapidement vu que c'est un soucis typique sur ce type de pompe.

J'ai donc entrepris de lui remettre une vessie :



Il s'agit de notre ancien chauffe eau électrique qui est désormais remplacé par un solaire et que je n'arrivais pas à re-vendre d'occasion. Tant mieux, vu qu'il me rend service de nouveau ! L'eau sort de la pompe sous pression à droite et rentre dans le chauffe eau par le dessus. Elle sort par le milieu à gauche et de fait, la moitié (environ) supérieure du chauffe-eau reste plein d'air et ce dernier est compressé par la pompe : la partie supérieure du chauffe-eau couché sert donc de vessie géante.


Cela marche particulièrement bien : l'installation date de ce jour et je n'ai pas encore mesuré précisément mais à première vue il y a au moins 4 chasses d'eau (24L) d'autonomie avant que la pompe ne rédemarre ! Elle démarre donc au moins 60 fois moins souvent : objectif atteint avec brio :)


NB : initialement, j'avais bêtement fait le montage avec le chauffe-eau vertical. Cela n'a pas fonctionné du tout, car il n'y avait pas d'air prisonnier. Ce qui confirme si besoin était que l'eau n'est pas du tout compressible !







Article initial :

Avant de commencer, tant que j'y pense, pour les plus néophytes du Web : cliquer sur les images permet de les voir en grande taille. Et pour le faire sans quitter la page en cours, vous pouvez au choix :


- Faire un clic droit sur l'image puis choisir "Ouvrir dans un nouvel onglet"


- Maintenir la touche Shift (celle au dessus du "CTRL") enfoncée puis faire un clic gauche sur l'image



Le projet mûrissait depuis qques années, suite à la pose des gouttières à la maison. En effet, les descentes de gouttière de presque toute la surface du toît aboutissent au même endroit.

Le catalyseur final aura certainement été les augmentations brutales du tarif de l'eau ces dernières années : la Réunion se met progressivement aux normes en terme de qualité de l'eau...
Fin février, je pose la pompe avec le clapet anti retour en entrée (tuyau du bas = entrée de l'eau, tuyaux du haut = sortie) ce qui me donne l'occasion de faire plus ample connaissance avec mon pire ennemi, le téflon... (surtout lorsque placé entre deux raccords de laiton) :














De De par chez nous








Je place la nourrice au bout du tuyau de sortie (la pompe est derrière le mur de droite sur cette image) et je tire trois cuivres : celui de gauche pour le robinet extérieur (arrosage jardin) et les deux autres qui montent aux deux WC à l'étage :













De De par chez nous



A gauche le second cuivre qui arrive donc aux WC, avec bien sur un second robinet de marche / arrêt :













De De par chez nous




Et à gauche toujours, le second mécanisme de remplissage des WC (ainsi en cas de soucis/panne, avec deux mécanismes et deux robinets, rebasculer sur le réseau d'eau normal est simple et rapide) :


La mise en route initiale de la pompe fut "épique" :
-> 4 des 7 joins américains fuyaient... : 3 furent légèrement resserrés mais le 4ème dû être changé, j'avais manifestement réussi à mal le monter :/
-> Les 5 "joints" téflons (laiton / laiton) fuyaient. Cinq sur cinq : joli score... et il m'a fallu un bon moment, et moultes montages, pour comprendre que lorsqu'on est métal sur métal, il faut vraiment mettre beaucoup de téflon pour ne pas dire énormément (du style 25 à 30 tours). Et qu'ensuite il est normal de sérieusement forcer en vissant les deux pièces comme me l'a confirmé qques mois plus tard un plombier de métier rencontré par hasard.

Pour ceux qui se poseraient la question, la fillasse n'aurait pas fait mieux. Elle est à privilégier pour les raccord d'eau chaude ce qui n'est pas le cas de cette installation. Non, le téflon est manifestement le bon produit (dixit le plombier de métier), il est juste mon pire ennemi !

Les fuites ayant été résolues, la pompe a fonctionné pdt 4 jours pour alimenter les WC, prélevant l'eau dans un tonneau dans le jardin, tonneau que je remplissais tous les matins. Cette partie de l'installation étant validée, je pus débrancher la pompe, rebasculer les WC sur l'arrivée d'eau normale et m'atteller à la suite cad creuser. L'emplacement à l'arrivée des gouttières est à l'arrière de la maison, un endroit totalement innaccessible pour un engin de chantier type pelleuteuse, même de format "mini".

Donc j'ai creusé, creusé ... et encore creusé. Le début (où en apperçoit les PVC d'écoulement des eaux qui étaient enterrés) :






De De par chez nous



Creusé pendant 2 mois. A environ 2h00/jours en moyenne. Il y en a qui payent une fortune au mooving pour faire de l'exercice, moi j'avais ça gratuit dans le jardin donc inutile de se plaindre :)

Les photos manquent mais Gaëlle et Cécile venaient souvent et gentiment m'aider à creuser / remplir les seaux quand elles rentraient de l'école ! Bon évidemment c'était peut-être un peu intéressé, étant donné que les travailleurs et travailleuses "de force" peuvent boire du Coca-cola :D

Et puis j'avais réussi à faire la plomberie et placer la pompe alors que je n'y connaissais rien en la matière donc ce n'est pas un "petit trou" qui allait m'arrêter !

Blague à part, j'en ai bavé. Un trou de 15m3 cela fait des tonnes à évacuer et c'est difficille à faire à la main. Et même si j'ai eu de la chance, j'ai notamment rencontré un "cap" (terme créole désignant un gros bloc de granit) d'un petit m3. Un voisin créole (merci Mado !) est gentiment venu m'apprendre à me servir de la masse (placement/déplacement des mains, dosage et moment de l'effort) ainsi qu'à lire les ligne de faille dans le granit et en fonction de ces dernières à taper au bon endroit.

Et finalement, j'ai fini par l'avoir ! Je me suis foulé le poignet qui fut gênant / douloureux pdt qques semaines, mais je l'ai eu et le trou fut fini :






Le maçon Roger est venu et nous avons réalisé la première partie des fondations : 4 panniers de 50x50x10 dans les angles (dans des trous de 70x70x30) reliés par un petit ciment de niveau :




Puis j'ai rongé mon frein pdt près de 2 mois faute de bétonnière : les deux dans le voisinage auxquelles je pouvais accéder étaient sorties sur d'autres chantiers familliaux. Pour patienter, j'ai réalisé, aidé là aussi par les enfants et Hélène, les WC de la chambre d'ami (cf l'article précédent).


Mais la bétonnière a fini par revenir (merci Willi) et fin juillet nous avons enfin pu continuer avec Roger. Placer le rang de cénage, les fers dans ces derniers et au milieu une treille métallique (non visible sur la photo) :



Puis nous avons coulé tout cela et sur ces fondations nous avons commencé à monter les murs de la citerne :


Ca monte et cela donne l'impression d'avancer ! Je me perfectionne pour ce qui est de gâcher le mortier correctement avec le strict minimum d'effort. Je m'améliore aussi pour le placement du mortier sur les pierres :)


On approche de la fin des murs :




Nous y sommes : 10 rangs cad 2m00 ! Les poteaux de fer sont en place dans le dernier rang de cénage :


Les filles sont ravies de pouvoir enfin participer, elles rebouchent avec de la terre autour de la citerne :






De De par chez nous



Les murs ont été entièrement coulés (j'ai arrêté de compter les bétonnières...) et Roger a déjà appliqué une couche "d'accroche" à base de sable de finition et ciment. Puis il "glace" cad applique la couche de ciment pur qui fera l'étanchéité :



Et maintenant on ferme la cuve avec poutrelles et hourdis :


Puis on met la treille métallique, on coffre à l'extérieur pour avoir le niveau, sans oublier :


- De faire une pente (définie par le coffrage) afin qu'il n'y ait pas d'eau stagnante sur la cuve

- De placer les tuyaux de prise d'eau et d'arrivée d'eau (ce dernier servira à éviter que la cuve ne puisse se vider et que la pompe ne puisse aspirer de l'air car elle en décèderait très rapidement)

- De placer le PCV d'arrivée d'eau (au fond à droite sur l'image)

- De placer le PVC pour la mesure de niveau (au fond à droite sur l'image)

- De faire un coffrage en isolant 3 hourdis (au fond à droite sur l'image) pour la trappe de visite




Puis on coule le tout, on décoffre et on branche les arrivées de gouttière :

Dans la citerne, il faut placer la crépine (à gauche) et le mécanisme de chasse d'eau qui empêchera donc la citerne de se vider complètement :







De De par chez nous


Placer aussi le PVC d'arrivée d'eau avec le double coude qui sert d'anti-remous :


Sur cette image, à gauche, on apperçoit les raccords PVC de 125 qui sont autour du PVC de 100 : cet assemblage contient le filtre d'arrivée auto-nettoyant par débordement. A droite, le raccord va vers le trop plein vers le puisard et un bouchon sur le T donne accès manuellement au filtre d'arrivée pour nettoyage si besoin :



Enfin, très important, ne pas oublier de placer l'anti rongeur à l'arrivée du trop plein dans le puisard, pour être sur qu'il n'y aura pas un mulot qui remonte dans ces tuyaux ...







De De par chez nous



Voilà, ça tourne depuis une grosse semaine ! Par contre une bonne pluie pour remplir la citerne serait la bienvenue (nous en avons eu une forte mais très brêve de guère plus de 100 Litres). Patience ce n'est pas la bonne saison pour les pluies ;)

J'oubliais : la cuve fait, de dimensions intérieures, 2,8mx2mx2m ce qui fait 11,2m3 pour un volume utile (n'oubliez pas, elle ne se vide jamais complètement) de 10m3 :)


Outre protéger la pompe, ne jamais la vider permet de ne pas pomper de poussières / eau trouble, la crépine étant bien sur placée à environ 10cm au dessus du fond de l'eau. Et avec l'anti remous à l'arrivée, l'eau n'est pas brassée donc les poussières restent au fond de la cuve.


Pour le moment, seuls les WC sont branchés. Si tout fonctionne bien prochainement j'ajouterai la machine à laver le linge :)
QQues chiffres pour conclure :
- un trou de 15m3
- 62 sacs ciments
- 7m3 de toutvenant et sable
- 350 parpaings/hourdis
- 52m linéaires de fers 10mm
- 32m linéaires de poteaux (les 4 fers accorchés ensembles)
- 11 jours (6h30-18h30) avec Roger le maçon
- dimensions intérieures de 2m80x2mx2m cad 10m3 d'eau utiles. Une pluie de 55mm la remplira : les meilleurs en calcul mental en déduiront la surface de toiture :p
- Les 10m3 devraient nous donner une autonomie, pour WC et machine à laver le linge, d'au moins 2 mois. En pratique, sauf année exceptionnelle de sécheresse, les relevés pluviométriques de Météo France sur notre secteur (merci soeurette !), montrent que nous ne devrions jamais la vider.
- coût final total (de la pompe, cuivre, main d'oeuvre maçon, matériaux, tout y est donc) approximatif : 1800 Euros

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Félicitations pour ce grand ouvrage !
On sera quoi vous faire faire quand vous viendrez nous rendre visite ;-)
Les TBT de verneuil

Laëtitia a dit…

Alors, là, je dis Bravo !!
Quel ouvrage, c'est vraiment impressionnant, d'autant plus quand on n'est pas de la partie...

Bisou à vous.

Laëtitia

Beiser | matériel agricole a dit…

Bravo pour la réalisation de cet ouvrage, un beau travail et également du beau travail d'investigation. C'est une très bonne chose de montrer aux autres comment procéder.
Cela ne vous embête pas si je publie un lien vers votre article ?
Il arrive souvent que je trouve des questions sur l'installation d'une station de récupération d'eau de pluie, je pense que votre article complet puisse être une grande aide.

Seb a dit…

Merci aux TBT et à Laetitia pour les commentaires :)

A Beiser : oui, vous pouvez publier un lien vers cet article, si cela peut rendre service.

PS : l'article devrait être mis à jour prochainement. Le filtre d'entrée auto-nettoyant n'a pas fonctionné comme espéré et il s'est encrassé ne laissant alors plus passer correctement l'eau... De fait il y a été remplacé ce jour par un filtre transversal à nettoyage manuel et il fallu ajouter une dérivation de sécurité sur le parcours de l'eau.

Stéphane a dit…

Damned ! Je ne sais pas si c'est l'ampleur des travaux ou la précision du compte rendu qui m'impressionne le plus. Quant on a la pédagogie dans la peau..

Bientôt un site "choisir sa plomberie pièce par pièce" ?